• Et enfin, un bel étirement !!


  • Eh, tu l'as vu cui là ?

    Espèrons que c'est pas un message :)

  • En bon garçon bien éveillé, je cherche de plus en plus à

    En bon garçon bien éveillé, je cherche de plus en plus à capter des regards...

  • Images d'époque ...

    Appontage raté ... l'aile touche la passerelle du porte avion, le train casse et l'avion prend feu...et là me revient à l'esprit la même image filmée à Midway.

    Les avions s'écrasant l'un après l'autre sur le pont au retour de la bataille... en noir et blanc... le jeu est quand meme bien fait si les mêmes causes ont les mêmes effets !
     

  • Ce qui arrive a Pacific Fighters met en danger son avenir et

    Ce qui arrive a Pacific Fighters met en danger son avenir et ses mises a jour prévues, ainsi qu'un avenir plus lointain, dans l'optique de BoB. L'intervention d'Oleg Maddox sur le forum russe:

    In the first year of the original IL-2 run %20 of the users were using pirated copy of the game. Mostly in China and Russia. Percentage of illegal users on the West was negligible. Profit was enough to justify frequent free add-ons and even development of FB.
    But now (with FB+AEP) about %60 of users worldwide are using pirated version of the game.

    Oleg’s company is on the edge. At the moment development expenses exceed profit. Profit from FB + AEP (especially) is less then from original IL-2. Profit does not even cover salaries of the developers.
    Hope is that PF is going to change it, but it is only hope.

    If piracy continues with PF – don’t wait for "the future project" (BoB).


    En résumé et en français, les revenus engendrés par FB et AEP sont nettements inférieurs à ceux d'il2, et ce en partie à cause de la piraterie à grande echelle. Les bénéfices actuels compensent à grand peine les investissements, et cela fait peser un lourd danger sur l'avènement de nouveeau addon's gratuits, ainsi que sur l'avenir de simus comme BoB.

    Mon commentaire:

    • Une façon d'aider à diminuer le piratage consiste à faire un lancement mondial simultané des jeux... celà évitera la tentation de recourir à une copie provisoire qui risque fort de devenir définitive.
    • FB est rapidement devenu introuvable en magasin
    • AEP est introuvable en magasin
    • PF est (encore ou déjà) relativement difficile à trouver
     

     

  • A lire aussi...

    Dans le même style sur la "grande guerre":
     
    Parmi tant d'autres...
    de Christophe Malavoy

    Une enquête et une agonie racontées heure par heure...
    Toute l'horreur et l'absurdité de la guerre défilent ainsi que l'amour de la vie.
    A partir de quelques objets de famille, l'auteur nous fait vivre les derniers jours de son grand-père mort durant la Grande Guerre.

  • Le film sort, j'ai aimé le livre...

    Jeunet sort le film, avec Audrey Tautou... j'avais lu le livre et le film me tente grandement... je vous raconterai...
     
    UN LONG DIMANCHE DE FIANÇAILLES DE SÉBASTIEN JAPRISOT
     
    Mathilde, jeune paralysée, a rencontré Jean à l'âge de treize ans et très vite l'amour les a gagné. Parti sur le front lors de la Première Guerre mondiale, Jean est poussé dans le No man'sland entre les lignes de front, pour avoir essayé de se faire "la belle blessure", se tirer une balle dans la main pour être réformé et renvoyé en arrière.
    Porté mort, Mathilde ne veut croire à la version officielle et entame une longue série de recherches pour retrouver l'homme qu'elle aime et découvrir l'horrible réalité de la guerre. Elle tient le fil de l'histoire, refusant de le lacher, pensant qu'il lui en restera toujours "assez pour se pendre".

     
    L'histoire est poignante et montre les méchancetés que l'homme peut faire, et pas toujours à ceux d'en face. Dire de la guerre qu'elle est "inhumaine", c'est comme rejeter la faute sur un autre. La guerre révèle seulement les aspects les plus sordides de l'humanité et de l'homme libéré de la contrainte de ne pas s'entretuer.
     
    Quelques anecdotes du livre se trouvent narrées sous la plume noire de Tardi dans: "C'était la guerre des tranchées" (Castermann)