• Solar Impulse: "un jouet de riche, loin des préoccupations des simples gens" 5/5

    P5230482.jpg

    C'est peut-être la critique la plus dure que j'ai pu entendre cette semaine. Et si tout ça ne servait à rien ... si c'était juste un jouet de riche, loin des préoccupations des simples gens.

    D'autres critiques:

    - les pollueurs s'achètent une bonne conscience et vendent du rêve peint en vert ("greenwashing")

    - quel impact sur l'environnement peut avoir le fait de dépenser autant d'argent pour transporter un seul homme à 70 km/h de Suisse en Belgique ?

    Avant toute choses, il s'agit de budgets privés. Et c'est à peine plus que le budget d'un gros club de foot (sans remise en cause, juste pour donner une échelle de grandeur). 

    Ce n'est donc pas le bel argent du contribuable qui est "gaspillé". Et le fait que ce soient des gros industriels, des banques qui prennent en charge le projet sert certainement leurs objectifs de communication (qui les en blamerait ?).

    solar impulse, ma planète, Environnement

    La première voiture était plus lente qu'un cheval. Mais, bien sur, on ne verra pas en 2014 des avions de ligne solaires silonner le ciel pour transporter des passagers dans des vols transcontinentaux. Tout au plus un avion de ce type tentera un tour du monde ...

    Mais au final, cela signifie également que:

    1° la problématique de l'environnement occupe une place grandissante au sein de notre société, ce qui est plutôt une bonne nouvelle et il est possible enfin d'investir dans le renouveau technologique

    2° le volet utilisation rationnelle de l'énergie est certainement, au délà des débats réchauffement/pas réchauffement du climat, la source d'un progrès immense pour l'humanité ... faire plus avec moins doit tjs rester un objectif, sans pour cela renoncer à la modernité et au progrès ! Et qui pourrait prétendre que cela ne concerne pas jusqu'au dernier d'entre nous, à défaut de l'interesser.

    3° d'autres personnes sont informées et sensibilisées à la problématique et aux solutions. Qui sait d'où viendront les idées révolutionnaires de demain. 

    4° renoncer aux choix du passé est possible ... les solutions techniques du siècle passé ne sont pas incontournables et on peut/doit toujours oser les remettre en questions, jusque dans leur fondements.

    5° les grandes idées et les grandes découvertes sont toujours nées aux initerfaces entre différentes discplines ... regrouper des équipes pluridisciplinaires sur des projets ambitieux est porteur d'espoir 

    Et enfin, l'homme n'a jamais arrêté de rèver et de marcher sous prétexte qu'une frontière, un océan, une montagne semblait lui barrer la route ... aujourd'hui, les plus grandes limites sont dans nos têtes et c'est le possible imaginaire qu'il nous faut reconquérir, et Solar Impulse est fait de cette matière là.

    Alex, (6 ans) réfléchit devant une photo du Solar impulse et m'explique le concept ... podcast

    Remove before flight* ... un conseil qui s'applique aussi à nos idées reçues !

    P5230456.jpg

    *(retirer avant le vol)

  • Shopping: une nouvelle montre ! (Gant)

    Mes enfants ayant fait tomber ma montre, elle ne donnait plus l'heure exacte que deux fois sur 24 heures, ce qui est un peu peu.

    Je l'ai fait réparer une première fois (coût 8€) et puis elle est retombée en panne et j'ai du me rendre à l'évidence. Le monde n'est plus pensé pour les objets qui se réparent. Il m'en fallait donc une nouvelle.Et mon téléphone n'a jamais réussi à remplacer une montre.

    Une montre classique, mais suffisamment grosse pour ne pas avoir l'air perdue sur mon poignet ... bracelet métal, parce que les bracelets cuir s'abiment trop vite. J'ai hésité avec un fond blanc, mais finalement, le noir/métal convenait assez bien. 

    J'espère qu'elle durera ...

    Gant_Men_s_Watch_Model_GW10303__GW10303.jpg

  • Solar Impulse: Décoller, c'est la moitié du boulot. (un pilote virtuel) (4/5)

    Pendant quelques années, j'ai joué avec des amis à un simulateur de vol d'avions à hélice de la seconde guerre mondiale. Nous volions, en clin d'oeil et sans prétention, aux couleurs de la 609th West Riding, escadrille mythique de la RAF durant la seconde guerre mondiale. une escadrille où pas mal de belges s'étaient illustrés. Nous finîmes par nous prendre au jeu, nous passionner, et cette aventure virtuelle nous a beaucoup appris sur l'aviation.

    Décoller est donc une chose, aterrir en est une autre ...

    Je vais vous parler de l'aterrissage au départ des éléments observés au sol, je n'ai pas assisté à l'atterrissage.

    En termes de train d'atterrissage, le Solar Impulse possède un train-avant escamotable, et une roulette sous l'empennage.  

    P5230435.jpg

    Sous les nacelles moteurs, une longue bequille avec une roue, presque une roulette. 

    P5230441.jpg

    Si j'ai bien suivi, les roulettes sous les moteurs sont décrochées au décollage et ne restent que les roues centrales. Ces roues sont sur le même axe, ce qui rend l'avion instable. Pour que les ailes ne touchent pas le sol quand l'avion s'arrête sur la piste, une solution a été trouvée sous forme de ... vélos électriques. Ces vélos permettent d'atteindre une vitesse suffisante pour rattraper l'avion.

    P5230479.jpg

    Comme on peut le voir sur la vidéo postée ci-dessous, vers 2 min 30, les cyclistes coursent l'avion et rattrapent les ailes. 

    Solar impulse, ma Planète, Environnement

    Après avoir examiné cette dernière étape délicate dans le vol du Solar Impulse, les blogueurs présents ce lundi matin avaient fait le plein de photos et de réponses à leur questions et nous nous sommes éloignés de l'avion pour recevoir de la documentation (une farde de presse) et poser d'autres questions à Stéphanie et Elâ, un café à la main.

    Solar impulse, ma Planète, Environnement

    Solar impulse, ma Planète, Environnement

    La documentation est vraiment passionnante et illustre parfaitement qu'il s'agit d'une aventure humaine autant que technologique, avec une équipe de spécialistes passionnés qui gravitent autour de l'avion.

    Mais dans le fond, cet avion, n'est-ce pas juste un jouet d'enfant gâté servant de prétexte à une lubie un peu bobo-ecolo ?

    Je tenterai de répondre à cette question ... demain.

    A suivre.

  • C'est kwa Twitter ... ?

    twitter_bird.pngC'est l'endroit où en moins en 140 caractères,

    ... on peut donner une réponse intelligente à une question (apparemment) débile:  (INFORMER)

    - Pourquoi les gens mettent leur gilet jaune sur le siège de leur auto, c'est moche ?

    - Parce que des faux policiers verbalisaient le fait d'avoir son gilet fluo dans le coffre, puis c'est resté.

    ... on peut donner une réponse débile à une question intelligente: (TROLLER)

    Q: Qui va voir Touthankamon à Bruxelles ?

    R: Je voulais y aller, mais j'ai appris qu'il était mort ...

    Q: Mais c'est le but d'un tombeau d'accueillir des gens morts ...

    R: Mais si je suis vivant, je pourrais tout de même entrer ?

    ... on peut donner une réponse intelligent à une question intelligente: (INFORMER)

    Q: les hélices de Solar Impulse, c'est pas fixe ou variable ?

    R: fixe, avantage des moteurs électriques

    ... on peut donner une réponse débile à une question débile : (SE DIVERTIR)

    Q: Tu fais quoi ?

    R: Je tweete et toi ?

    La bonne nouvelle est qu'on est pas obligé de choisir son camp (à moins de vouloir devenir un pro ou de tenir à sa crédibilité ... ou à ses nouveaux amis !)

  • Solar Impulse: le moteur du rêve (3/5)

    Ce billet est la suite des billets: P5230482.jpg

    Le long des barrières Nadar, puis dans l'espace sous les ailes et le fuselage, nous approchons de l'avion. Sous les ailes, 4 nacelles supportent les moteurs. Ces nacelles sont réalisées dans un matériau proche du polystyrène expansé ("frigolite"), mais avec une texture bien plus fine et régulière.

    P5230457.jpg

    Objectif, stabilité structurelle et légèreté. Par contre, cette légèreté a un prix ! Visiblement ce matériau poreux est très sensible à la pression et l'écrasement et une simple pression de doigt pourrait faire un trou (non, je n'ai pas essayé). Je me demande ce qui se passerait en cas d'impact avec un oiseaux, mais heureusement, la vitesse de vol plutôt lente permet aux oiseaux de voir et de contourner l'obstacle, contrairement à un jet. Cette vitesse lente et un comportement général plutôt de type planeur permettraient également au pilote de sauter en parachute en cas de gros problème. Mais les essais et le développement n'ont pas encore connu d'accident ou de problème majeur.

    Un des moteurs est décapoté ... ce qui nous donne l'opportunité de photographier le moteur en détail, mais un ingénieur qui passait par là nous a demandé de ne pas trop diffuser d'images de l'intérieur du moteur (!!). Si la plupart des techniques utilisées relèvent du domaine public, c'est encore un prototype et visiblement certaines solutions pratique sont encore un peu confidentielles. En contrepartie, l'ingénieur prendra le temps de répondre à nos questions.

    P5230466.jpg

    Chaque nacelle de moteur contient: l'hélice, un embrayage, un moteur, et une centaine de kilos d'accus. Une des difficultés de développement des moteurs a été de trouver le moyen de tirer les performances optimales de l'ensemble, qui nécessite à la fois une grande hélice à rotation lente mais un moteur à rotation rapide. Un embrayage a finalement résolu la question. Il permet une rotation environ dix fois plus rapide pour le moteur électrique et une rotation lente de l'hélice dont le pas est fixe, pour des questions de gain de poids.

    P5230470.jpg

    Chaque moteur développe 10 CV environ (un peu moins que le moteur de l'avion des frères Wright, le premier avion de l'histoire), soit 40 CV pour l'ensemble du Solar Impulse. Le poids total d'une petite voiture (1600 kilos), pour la puissance d'une petite moto ... Il est à noter que lorsque Solar Impulse a atterri à Bruxelles, les batteries étaient entièrement chargées, l'avion ayant consommé moins d'énergie qu'il n'en a stocké via les panneaux solaires.

    L'avion est bourré de capteurs et les ailes sont remplies de câbles ... l'avion dispose d'un enregistreur de vol (une boite noire), comme la plupart des avions, mais les données sont également transmises vers le sol via une liaison satellite avec une large bande passante, indispensable pour le grand nombre de données transmises.

    On voit le dôme blanc pour la liaison satellite au dessus du fuselage.

    P5230453.jpg

    Le cockpit est taillé dans la même matière que les nacelles des moteurs, mais recouvert d'aluminium. Le fuselage arrière est une structure vide.

    A la queue de l'appareil, la dérive semble immense, sans doute pour des questions de stabilité et de contrôle de l'inclinaison. Ici aussi, la structure est entoilée par souci de légèreté.

    Solar Impulse,, Ma Planète, Environnement

    En bas de la dérive, on voit les petites roues qui servent pour le taxi au sol et qui peuvent pivoter, ce qui permet de déplacer l'avion en crabe, un avantage pour manœuvrer au sol, vu la grande envergure, mais je vous parlerai de l'atterrissage ... demain.

    A suivre ...

  • Solar Impulse: "L'homme se découvre quand il se mesure avec l'objet." (2/5)

    (ceci est la suite du billet précédant

    Après avoir examiné l'avion en long et en large (surtout en large) nous avons pu nous approcher pour découvrir quelques éléments essentiels de son architecture.

    Les ailes:

    P5230451.jpg

    Elles sont constituées d'une structure entoilée de matériaux légers et résistants. La structure de chaque aile pèse une trentaine de kilos, et Elâ nous nous raconta l'image étonnante de ces pièces de 30m sortant d'une immense camion, portées sans aucun effort par 2 hommes. 

     

    les panneaux solaires ne sont pas posés ou collés sur le dessus de l'aile

  • Solar impulse: se passer de carburant pour voler, impossible ! (1/5)

    Ma Planète, environnement, Solar ImpulseCe lundi 23, au matin, j'avais rendez vous au hangar 117 à Melsbroek pour une rencontre de blogueurs autour du prototype d'avion solaire "Solar Impulse".

    En ce qui me concerne, cette visite rencontrait une série d'intérêts:

    • mon intérêt personnel et professionnel pour l'environnement

    • mon intérêt personnel pour les innovations technologiques et la science en général

    • mon intérêt personnel en tant que blogueur à participer à des "blogger events"

    • mon intérêt personnel pour l'aviation 

    • mon intérêt professionnel pour une réflexion sur l'intégration des médias sociaux dans la communication autour des thèmes environnementaux

    Dimanche soir, les derniers détails concernant la visite arrivent par mail, quelques éclaircissements supplémentaires sont échangés via twitter: préparation de l'itinéraire sur de Lijn, Google maps, et achat du billet de train sur www.sncb.be. Transfert du "plan de vol" sur mon téléphone. Le monde "2.0" est tout de même bien pratique. Le seul impondérable pas très 2.0 reste l'arrêt de travail de la SNCB, heureusement annoncé pour le temps de midi.

    Grâce à ce travail de préparation (mais comment faisions-nous avant ces gadgets ?), le bus me dépose à 500 m du hangar, et je suis en avance.

    Je pense que c'est là: :)

    P5230417.jpg

    Une petite note pour confirmer ("Bloggers wait here" et un wifi pour patienter, ... que je ne capterai jamais, mais il y a du data):

    P5230420.jpg

    Les autres blogueurs arrivent peu à peu, finalement faciles à distinguer pour la plupart: un sac photo, et un smartphone en main. Nous sommes une dizaine ... tous ont des spécialités mélangeant aéronautique, environnement, nouvelles technologies à des degrés divers. Je me dis encore une fois que je devrais spécialiser mon blog, ou en ouvrir d'autres, plus lisses, plus centrés sur des thématiques, au lieu de butiner entre sujets triviaux, coups de gueule, photo, cuisine, politique et articles de fond, mais "Hey, ... that's me !".

    Nous sommes pris en charge par le duo charmant et sympathique, Elâ et Stephanie, qui nous adressent un petit mot de bienvenue suivi d'un briefing que je peux résumer comme suit: restez groupés, ne touchez à rien, posez des questions, et ... ne touchez à rien. Malgré tout, on nous promet que grâce à la petite taille du groupe nous pourrons approcher l'avion de près.

    Ma Planète, environnement, Solar Impulse

    Nous pénétrons dans le hangar et là, le spectacle est tout de même impressionnant: 63 mètres d'envergure pour 1600 kilos. Sous le jeu des éclairages, on perçoit la technicité et la beauté fragile de l'avion.

    P5230427.jpg

    Cet avion est né initialement de la frustration de Bertrand Picard, à deux doigts d'échouer dans son tour du monde en ballon à cause d'une banale panne sèche. Quelle ironie, une panne sèche comme élément fondateur de cette envie folle de se passer définitivement de cette énergie du passé.

    Impossible !

    Impossible de fabriquer un avion assez léger, assez solide. Impossible de fabriquer des panneaux solaires assez performants et solides. Impossible de voler de nuit grâce à l'énergie solaire. Impossible de trouver les bons compromis entre la vitesse des moteurs et des hélices. Impossible de doter cet avion des instruments nécessaires. Impossible de décoller ou de poser un géant aussi fragile. Im-po-ssi-ble !

    P5230428.jpg

    "Et pourtant, il vole" pour paraphraser ce que murmurait Galilée en réponse aux incrédules et tenants du dogme de son époque.

    Il a fallu le courage d'un constructeur ... de bateaux, pour tenter l'aventure et inventer les bases du prototype. Le projet est porté par des ingénieurs, et divers spécialistes des matériaux et de l'instrumentation. Le budget privé est alimenté par des partenaires dont les raisons diffèrent et qui interviennent à des niveaux divers: finance, matériaux, ingénierie, motorisation. Certains particuliers ont également parrainé l'avion (leur nom y est inscrit) ou des pièces de l'avion (par ex: parrainer un panneau solaire).

    Des années de planification, un an de construction, pour cet avion le HB-SIA qui n'est qu'un jalon intermédiaire vers l'avion définitif qui lui succédera, le HB-SIB.

    Objectif du projet: un tour du monde sans carburant, avec escales, en 2014.

    Toute au long de cette semaine, chaque jour, je vous en dirai plus sur ce que j'ai appris du comportement en vol, du train d'atterissage (et de l'atterrisage), des moteurs, des ailes, des panneaux solaires et ... des vélos électriques (oui oui, des vélos électriques).

    A suivre ...