• Avant les résolutions 2012, le bilan des résolutions 2011 !

    Plume.jpgUn des avantages du blog, c'est de pouvoir retourner en arrière contempler les marronniers en fleurs. Même si c'est rarement agréable, faire le bilan de ses résolutions est un exercice essentiel ... 


    Finalement, il y a les thèmes récurrents, bouffe, santé, etc ... et les thèmes passions créative (photo et guitare), plus quelques résolutions pour passer du temps en famille ...

    Pas de quoi se flageller sur les points non réalisés, certains font partie du fantasme collectif visant à se donner bonne conscience.



    Mes résolutions 2012 étaient:

    • perdre du poids
    > j'ai pas pris de poids, j'en ai perdu un peu, mais j'ai repris la natation et je me sens pas mal physiquement
    > pas mal avancé sur ce point, même si il manque encore l'indispensable vidéo de concert "live"
    • soigner mon épaule qui traîne une laide tendinite pour reprendre le sport
    > la piscine, la Wiifit, une attention accrue lors des portages et quelques ajustements de ma position de jeu pour la guitare ont résolu ce problème, plus de douleur, plus de gène (note: les médicaments n'ont aidé qu'à diminuer la douleur, mais n'ont jamais résolu le problème)
    • faire des marches en famille
    > quelques unes, pas assez, mais on a fait des activités en famille
    • reprendre la photo
    > j'ai délaissé la photo, car mon appareil photo est à l'agonie
    • surfer utile
    > mouais, bon, ok ...
    • composer des morceaux de guitare
    > 3 nouvelles compos en 2011, 1 compo au Ukulele, mission accomplie
    • enregistrer des morceaux de guitare (p-e faire une seconde demo)
    > ce sera un objectif 2012 !
    • trier mes fringues (il y a des choses que je ne mettrai JAMAIS plus !
    > c'est fait
    • reprendre la routine des bentos

    > ça avait très bien démarré en milieu d'année, la fin d'année n'a pas été performante sur ce point, faute de temps, et d'énergie ... une attention pour la rentrée

    Donc, mes résolutions 2012 seront:

    • composer, jouer et enregistrer de la guitare
    • faire des concerts
    • faire une vidéo de concert "live"
    • perdre du poids
    • manger sainement, notamment des bentos préparés à la maison
    • acheter moins de conneries sur le net - et admettre que ce sont des conneries ;)
    • passer plus de bon temps avec et pour la famille
    • acheter un nouvel ordi 
    • ressortir la trottinette plus souvent
    • reprendre la wiifit, le sport en général et la piscine en particulier
  • Joyeux Noël et Bonnes Fêtes !

    Particulièrement à tous ceux qui détestent ça ! :)

  • Étymologie du mot GRÈVE (droit du travail).

    ardoise.jpgL'actuelle "place de l'Hôtel-de-Ville" fut appelée jusqu'en 1830 "la place de Grève" ou "la Grève". Elle descendait alors en pente douce jusqu'au bord de la Seine, d'où son nom de "grève" (rivage de sable ou de gravier), forme moderne du mot latin populaire, d'origine gauloise, "grava". C'était, sous l'Ancien Régime, le lieu d'exécution des condamnés à mort. Il s'y donnait également des fêtes populaires (feu de la Saint-Jean).

    Les ouvriers sans travail se réunissaient sur la place de Grève, sous les galeries formées par les piliers des maisons. C'est là que les entrepreneurs venaient les embaucher. "Faire grève", "être en grève", c'était donc se tenir sur la place de Grève en attendant de l'ouvrage, suivant l'habitude de plusieurs corps de métiers parisiens, ou plus généralement "chercher du travail".

    Quand les ouvriers, mécontents de leur salaire, refusaient de travailler à ces conditions, ils se "mettaient en grève", c'est-à-dire qu'ils retournaient sur la place de Grève en attendant qu'on vienne leur faire de meilleures propositions. "Faire grève" et "se mettre en grève" ont fini par prendre le sens d'abandonner le travail pour obtenir une augmentation de salaire.

    Le mot "grève" a été finalement retenu pour désigner la cessation volontaire, collective et concertée du travail par les salariés afin d'exercer une pression sur le chef d'entreprise ou les pouvoirs publics (ce qui est devenu licite après l'abolition du délit de coalition en 1864). Par extension de ce dernier sens, on l'utilise actuellement même en dehors du droit du travail pour désigner toute cessation d'activité dans un but revendicatif (grève de la faim par exemple).

  • Alors, je vais jouer où ?

    Parallèlement au développement d'un projet "Contes & Guitare acoustique", la quête pour les dates de concert continue ... encore quelques contacts pris avec des organisateurs. L'idée de faire un concert sous forme de spectacle à 2 ou 3 guitaristes acoustiques fait son chemin également.

    En attendant, qui sera le prochain qui verra son nom collé sur le bas de mon affiche ?

    Affiche.gif

  • Idées politiquement incorrectes à propos de la tuerie de Liège (en vrac)

    DoNotDisturb.jpgParce qu'il me les faut vomir quelques part.

    Je précise que ce ne sont que des monstres d'embryons d'idées mal dégrossies, auxquelles moi-même je n'adhère pas tout à fait. C'est un avortement mental ... chacune de ces idées mériterait des pages de réflexion pour être nuancée, défendue ou au contraire réduite au silence, ... mais je préfère les jeter ici en vrac.

    Les gens qui fument de l'herbe ne sont ils pas conscients qu'il faut des criminels pour la cultiver en masse ? A chaque petit achat, ils sponsorisent des réseaux criminels. Non, les gens ne cultivent pas de l'herbe pour payer les études de leurs enfants. Combien de balles avez vous fumé ? 

    Comment se procurer une arme à 500€ ? Bah, en vendant de la drogue, par exemple.

    Un "Nordine" a tué un "Mehdi", il y en a que ça devrait réjouir, puisque le problème ce sont "tous" ces arabes.

    Réintroduire la peine de mort pour les gens que nous ne supportons plus, ... c'est exactement ce qu'il a fait.

    Si la justice n'avait PAS fait son travail, il n'aurait pas été convoqué et rien de tout ça ne serait arrivé.

    Pourquoi a t'il frappé la foule au hasard, et pas le palais de justice (où il était convoqué, ce qui aurait été une cible symbolique).

    Puisque les policiers ont mis tant de temps à comprendre l'incompréhensible, la prochaine fois qu'ils défouraillent et tirent dans le tas comme on le fait volontiers ailleurs.

    Petite précision: les morts sont au nombre de 5, les victimes sont au nombre de 4.

    Si il avait eté froid, méthodique, bosseur et organisé comme un mec du Nord, ... ça aurait été bien pire.

    "On dira encore que c'est un gars bien de chez nous !" - Non, je pense qu'on insistera bien pour dire que non.

    A t'il commis cette folie parce qu'il était arabe ? A t'il sombré dans la délinquance parce qu'il était arabe ? A t'il choisi d'être et de rester arabe, malgré tout. Ne va t'on pas éluder pas mal de questions en se contentant de cette explication tout prête.

    Cesse t'on un jour d'être un immigré, dans la réussite ou dans l'échec ?

    Ce n'est ni pire, ni moins grave, quelle que soit l'origine du tueur et des victimes.

    L'origine de quelqu'un n'est ni une excuse, ni une cause, ni un prétexte, ni une condition nécessaire et suffisante pour expliquer ou justifier la folie meurtrière.

    Ce n'est pas parce qu'on pouvait faire un pronostic sur l'origine du tueur, que la tuerie était prévisible (ok, c'en est est "un", mais lequel ?). On sait aussi que "les jeunes" se tuent volontiers en auto, et que les auteurs d'attouchement sur les enfants sont masculins et proches de la victime, ce type d'information ne résout rien.

    Le problème de la peine de mort dans ce genre de cas, c'est qu'il aurait fallu l'appliquer pour un délit qui ne la méritait pas, pour éviter un crime pas encore commis. C'est de la science fiction.

    A quel degré de gravité faut il fixer le bannissement du pays, la perpétuité, la peine de mort ? A partir de quel moment faut il être impitoyable ? Faut il ne l'être que pour les étrangers ? Où situez vous la limite pour agir en amont ? (alcotest positif ? excès de vitesse ? stationnement gênant pour les services de secours ? Drogues douces ? Dures ? Rébellion ? Coups et blessures ? Meurtre ?).  

    Les psychologues et avocats ne peuvent rien garantir concernant le libre arbitre d'un individu qui choisit la voie de sa mort et de celle des autres pour sortir de la société dans un geste de folie. Si il fallait enfermer à vie tous ceux qui font des appels à la haine et au meurtre depuis hier ...

    Si la Justice laisse courir tous les gros criminels, alors qui occupe nos prisons ?

    Il parait que tenir un discours non-raciste, ou politiquement correct c'est ne pas penser aux victimes. Les cris de haine autour d'un cercueil d'innocent, c'est le top de la classe.

    Si je suis victime un jour, par respect pour moi, abstenez vous des invectives par dessus mon corps raide et froid, bisous, merci.

  • Les ! et les ? bannis de tous les titres !? Pourquoi ?

    2981355759.jpgC'est le nouveau combat d'arrière-garde sur les blogs et les réseaux sociaux. Les Unes constellées de points d'exclamation irritent, sur le web, comme sur papier, 

    La règle est de ne pas mettre de ponctuation dans les titres, à moins que le sens ne l'exige. Singulièrement, la seconde partie de la règle semble oubliée.

    Les poncifs de l'écriture pour le web et la volonté d'émerger de la pléthore d'informations ont tendance à provilégier le titre slogan, le titre interpellant, le titre choc. Ce type de titres qui accroche le regard (et l'attention) à une tendance naturelle à se parer d'un point d'interrogation ou d'exclamation final. C'est donc bien le sens qui l'exige.

    Ce genre de règle, fait évidemment partie de la panoplie de base du pseudo-journaliste ou de l'écrivailleur qui connait son métier.

    Ce n'est pas une faute, tout au plus une faute de goût, de style, et une rupture avec la tradition, liée à un effet de mode, dont je doute qu'il soit passager. On peut évidemment s'interroger sur le pouvoir et la pertinence d'une emphase permanente (si tout est important, rien ne l'est). Sans compter la surenchère par le doublement du point d'exclamation, un effet légèrement superfétatoire, et la combinaison du point d'exclamation et du point d'interrogation pour marquer le doute ou la pêrplexité.

    Je n'ai aucun doute sur le fait que les mots en gras, les émoticones, les LOL et un jour les #haschtags feront un jour également leur entrée jusque dans nos titres.

    C'est la manière dont nous lisons, et la manière dont nous écrirons demain.

    Pas d'accord ? Donnez votre avis !

  • Ma Planète: l'anti-liste de cadeaux de Noël

    decoration
    Cette année, pour les fêtes, évitons d'offrir:

    • les contrefaçons, les copies illégales et les objets qui par leur fabrication ou leur utilisation nuisent à l'environnement, ou à l'homme, que ca soit physiquement, socialement ou économiquement
    • les objets de qualité médiocre manifestement fabriqués par des enfants dans des conditions douteuses
    • les objets consommant de l'énergie inutilement: par exemple, pour le prix d'achat d'un cadre photo numérique (consommation électrique non comprise) vous pouvez faire tirer 200 photos et acheter quelques jolis cadres pour les changer régulièrement (ou pas) et même en offrir autour de vous
    • les objets pour remplacer un autre objet qui n'a pas besoin ou pas "vraiment besoin" d'être remplacé
    • les objets "doubleurs": une autre cafetière, une autre télé, un frigo de plus, un lecteur de DVD pour la seconde voiture ... la plupart du temps un objet doubleur sert à 30% de ces capacités
    • les objets dont l'interêt ne dépasse pas le moment du déballage (rejoint souvent le point sur les objets de qualité médiocre)
    • les objets ou technologies en avance sur leur temps, autant attendre que les prix baissent et que les maladies de jeunesse se passent
    • les objets à durée de vie courte (pas rechargeables, pas de consommables disponibles)
    • les objets trop marqués ou millésimés: (ex, un Tshirt Noël 2011)
    • des objets avec des fonctions supplémentaires encore plus géniales qui ne vous serviront pas plus qu'elles ne vous servaient avec l'objet précédent
    • les objets dont la nature limitera l'usage à un grand éclat de rire (ex: un sex toy pour votre belle mère, fabriqué en Chine, sans possibilité de changer la batterie et contenant des métaux lourds et potentiellement dangereux à l'usage)