• Point Godwin et autres: faire le point sur les points ...

    Régulièrement sur le net, au milieu d'une discussion, on atteint un "point". La plupart de ces points sont un appel à ne pas continuer un dialogue de sourds.IL faut partie de l'arsenal de moississure des débats.

    Le point Godwin (sans doute le plus connu)

    Basée sur un postulat qui affirme que plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s'approche de 1. 

    On peut en proposer d'autres ...

    Le point Grévisse

    En venir aux mains en contestant l'orthographeou la grammaire de l'autre.

    Le point sémantique

    Nous ne parlons pas de la même chose (tu n'as rien compris). 

    Le point religion contre science

    Chacun ses croyances, mais vous vous trompez.

    Le point révisionnisme historique

    Vous sources sont fausses, vous puisez dans le modèle occidental, etc. 

    Le point noir

    Comparaison hors-sujet avec la situation en Afrique (tu ne dirais pas ça si tu vivais dans un pays qui ...)

    Le point de non-jugement de l'individu

    Tu n'as pas le droit de me juger. (en fait si, j'ai le droit, parfaitement, et nous le faisons tous, constamment, nous n'avons pas le droit de comdamner, nuance).

    Le point de non culpabilisation

    On a pas le droit de culpabililser les gens, ils n'ont pas choisi le monde dans lequel ils vivent.

    Le point Moiré

    Revenons à l'essentiel 

    Le point gauche/droite

    Forcément, avec tes idées de gauchistes/bobo/ultralibéral/nanti, etc.

    Vous en voyez d'autres ?

  • Si ça continue, on va se faire chyprer nos petites économies !

    Bon, pour les titres, c'est lundi matin aussi ... 

    Je suis offusqué par ce qui se passe à Chypre. On a beau retourner la question dans tous les sens, j'ai du mal avec l'idée de faire payer la crise de la spéculation à des épargnants. 

    Le monde économique avait bien progressé et transformé l'actionnariat en une rente sure, en une forme d'épargne à revenu garanti. Devant les limites atteintes, il faut maintenant abattre le dernier rempart.

    Depuis quelques années, à tort ou à raison, les attaques contre l'épargne sont récurrentes. On nous informe de la masse d'argent qui dort sur les comptes. On nous dit qu'il faut être "con" pour épargner, car les interêts ne compensent pas l'inflation. On attaque le don et le droit de succession, cet argent qui ne joue pas le collectif. Et on rend l'épargne peu attractive, et quand cela ne suffit plus, on vient se servir, au prétexte que c'est.

    • de l'argent qui dort, qui ne participe pas à l'économie
    • de l'argent qui perd sa valeur
    • de l'argent mal géré
    Lent travail de sape, bientôt ce sera le vilain épargnant qui aura causé la crise, et plus l'actionnaire attendant une rente d'un placement. Tout le monde n'a pas envie ou le goût de "jouer" avec son argent. Et les bons conseils des banques en ont ruiné quelques uns.
     
    Et quid des économies de gestion domestique ... acheter une voiture, faire des travaux dans sa maison, voire acheter une maison. En quoi économiser sur fonds propres avant de dépenser serait-il inférieur à prendre un enième crédit ? Faire face rapidement à des coups durs sans crédit coup de pouce ou sans se ruiner dans des assurances.

    Le jeu n'était déjà pas juste, maintenant on est obligé de jouer ... perdant à tous les coups.

  • Les droits de la femme, encore un combat où on aura besoin des hommes ...

    Ca y est la journée internationale des droits de la femme est arrivée avec son cortège de:

    • bonne fête pour ceux qui veulent en faire un evenement marketing (le droit fondemental à des réduction)
    • gens qui en profitent pour améliorer leur klout(*) à base d'articles choupinous ou de coups de gueules
    • blague macho pour ceux qui manient le second degré (je plaide coupable)
    • gens qui râlent sur les catégories ci-dessus

    2430370694.JPG

     
    Ce qui me frappe, c'est que même en cette journée des droits internationaux de la femme, on en fait une affaire de femmes et les discours sont polarisés. Chacun s'ingénie à renvoyer l'autre dans son camp, sans dialogue. Comme si tout ça se passait à huis clos des deux côtés à coup de slogans et de "de toute façon vous ne pouvez pas comprendre". 
     
    Il semble qu'il n'y a pas de débat à avoir autour de la question: ici, les droits sont bétonnés par des lois et tout ceci devrait être une évidence. La gravitation est aussi une évidence au quotidien, pourtant il a fallu pas mal de temps pour la découvrir. Ailleurs, (voire même ici) tout reste à faire, y compris l'éducation des hommes et des femmes à cette évidence. Et il ne s'agit pas que de débusquer les clichés sexistes dans les dépliants des magasins ...  
     
    Pourtant il en reste des zones d'ombres: égalité vs complémentarité. L'égalité salariale pourrait se baser sur la complémentarité du travail et/ou son égalité, voire sur le rôle joué par chacun dans la société. Favoriser l'émancipation de l'homme par rapport à la société du travail pour aider à émanciper la femme du monde de la famille. Résister au diktat des clichés hommes/femmes au travail, au sein de la famille et de la société en général. Note: je me dis parfois naïvement que le mariage pour tous et sa confusion des genres (au sens littéral) devrait permettre un peu de brouiller les cartes à ce niveau là, et c'est tant mieux.
     
    Personellement, j'ai une aversion pour les quotas et l'égalité obligatoire ... qui sont une atteinte au mérite individuel des hommes ET des femmes (même si en pratique, ce mérite est sans doute diminué par des attitudes phallocrates de certains auxquels ces quotas finissent d'ailleurs par donner raison en limitant le choix des candidats, un comble).  
     
    Je ne pense pas qu'on gagnera cette bataille sans les hommes. Et si on en discutait autour d'une bonne bière ... ?
     
    * Klout: un outil de métrique web qui dose vos interactions et vos activités pour établir un classement.
  • Comment rendre un trajet en train insupportable ?

    Certains sont passés maitre dans l'art d'être une nuisance dans les transports en commun.

    le mélonmane:

    son égo surdimensionné lui fait croire qu'il a le monopole du bon goût et de l'espace sonore. Il sonorise donc le compartiment avec sa musique (en général du rap, du raï, ou du métal, de la musique consensuelle par nature). Il existe en plusieurs saveurs: 

    • casque intra-auriculaire pas étanche
    • casque extra-auriculaire et tête vide servant de résonnateur
    • haut parleur du gsm
    • poste radio posé sur la tablette

    le sale type:

    ou le type sale, si vous préférez, rien ne vous sera épargnés:

    • remugle d'aisselle millesimé
    • chaussures de marche au crottin
    • bagages remplis de linge malodorant 

    Parfois le mieux de l'hygiène est l'enemi du bien-être

    • parfum ou déodorant trop présent
    • crèmes parfumées
    • solvant pour vernis à ongle

    Il est tout à fait possible de combiner pour un effet maximum: un sale type sent mauvais, quelqu'un pense couvrir l'odeur en ajoutant un coup de déodorant dans l'air.

     

    Il y en a bien d'autres, leur description suivra ...

  • Prévoir le prévisible ?

    Chaque fois c'est pareil: les recettes budgétaires ne sont pas aussi élevées que ce qu'on avait prévu, on doit faire des économies. 

    Après la succession des promesses et des engagements enrubannés de papier cadeau aux couleurs de chaque parti, le moment des douloureuses économies. Et bien sur, aucun nouveau projet à court terme, couteux ou inutile, n'est abandonné ou remis en question, question d'orgueil. Alors on gratte, on racle.

    Ca fait un peu genre:

    Je vais instaurer une taxe de séjour rétroactive sur les futurs revenus de mes enfants. Cette mesure devrait rapporter 300 euros par mois en 2025, nous allons déjà dépenser cette somme en 2013, la situation du marché de l'emploi devrait s'améliorer d'ici là et permettre non seulement de récupérer cette somme, mais également de dégager des bénéfices (selon l'OGPPMDR l'observatoire des gens payés pour me donner raison et le CPMDDFOT Centre pour me disculper les fois où j'ai eu tort).

    J'avais misé sur une augmentation pour m'acheter une installation domotique pour la maison, finalement, je gagne moins bien ma vie que prévu, en accord parfait avec les chiffres de mes 129 fiches de paie précédantes, mais j'ai décidé de ne plus acheter de beurre, ni de lait, pour compenser et de faire un crédit pour les vêtements des enfants.

    Il est clair que notre "système belge" est couteux, mais qu'il a des avantages. Alors il faut le réformer, et pas se contenter de l'étrangler doucement. Fusionner, rationnaliser, réaliser des vraies économies d'échelles au lieu de fermer un tout petit peu de chacun des robinets qui fuient, en nommant des nouveaux fermeurs de robinets, tout en ouvrant grand d'autres vannes qui coulent à perte sous le contrôle de nouveaux Directeurs des vannes, formés au management moderne des vannes et mandatés pour laisser couler pendant 5 ans.

    C'est faire semblant que rien ne va changer qui finit par nous couter cher. 

    Vu que chaque fois on a moins d'argent que prévu, ne pourrait on pas une fois prévoir qu'on aura moins de d'argent que prévu ?