album

  • Musique: Quantum cellar - We've got plenty of time

    CassetteJ'avais fait un petit compte-rendu de la sortie du premier album de Quantum cellar sur Jamendo. J'avais suivi la genèse de ce premier album comme un feuilleton sur les blogs, notamment celui d'Avaluk.

    Cette fois-ci, étaient-ils plus discrets (concentrés ?), toujours est-il que je n'ai pas suivi l'affaire, à part l'un ou l'autre cover-art si ma mémoire est bonne.

    Bref, je le découvre ce soir (entre Vanessa Paradis et Charlie Winston, c'est dire que je n'ai pas d'aprioris). Comme pour la première fois: "Je vous donne mon avis (pour ce qu'il vaut, ce n'est pas exactement mon domaine d'écoute habituel, bien que nous ayons avec quelques potes cherché dans cette orientation musicale à une autre époque)".

    Comment je connais ? Avaluk, blogueur, photographe et musicien est le batteur de Quantum cellar. Il crée aussi les artworks si j'ai bien suivi. (J'attends le site avec impatience). Quantum cellar ou QC c'est de la musique rock instrumental ambient progressive.

    decoration

    La pochette me fait penser d'un côté à la "Chute du faucon noir" et "Apocalypse now" ...  et finalement ça me va, la musique m'a fait plonger dans un film sans images, une histoire sérieuse, le ton est grave, mais pas triste, sévère mais pas pontifiante. La référence à la bombe atomique m'a fait peur par son côté un peu daté, mais finalement c'est un choix qui relève de l'esthétique (et ça nous change un peu du steampunk postgoth).

    Le contraste entre cette vision apocalyptique et le titre "We've got plenty of time" (on a tout notre temps) m'a fait sourire ...

    Pour cet album, je ne coince plus sur des détails comme certains traits de guitare ou de batterie. J'ai tiqué, à la première écoute, sur certains samples de voix et de sons qui sonnaient "empruntés" sans que je puisse dire pourquoi exactement. La seconde fois, ça ne m'a plus marque, comme quoi.

    J'aurais aimé l'une ou l'autre surprise harmonique. La tension est palpable, mais elle reste sourdement présente, la résolution ou le climax associé à la rupture ou au paroxysme de cette tension est souvent le fait d'un rythme ou d'un bruit, à quelques exceptions près.

    L'écoute du premier album m'avait demandé plus d'effort pour "entrer" dans le monde. Ici l'ambiance s'impose presque naturellement: le récit musical est bien amené, construit, et cohérent, morceau par morceau et dans l'ensemble.

    Bon, ben z'êtes encore là ? ... allez écouter ça bien vite: Quantum cellar - We've got plenty of time (sur Jamendo).

  • Photo: les dangers de la photothèque familiale virtuelle

    e400Que restera t'il de nos profils facebook, de nos twitpics, de nos galeries Picasa dans 10 ou 20 ans ? Seront nous toujoours à même de lire les formats jpg, orf, raw de nos appareils ? 

    Nous partageons tout et ne conservons rien.

    Les pannes matérielles vont engloutir nos souvenirs les plus chers. Nos petits-enfants auront-ils des traces de la vie de leur grand-parents ? Les meilleures solutions de backup nous mettent à l'abri des pannes, pas du temps. Certaines images ne sortent plus des cartes mémoires, à la merci d'une perte, d'un vol ou d'une bête panne.

    Bien sûr tout le monde ne tient pas d'album photo familial, mais partout il traîne la photo de communiant de tonton truc, l'une ou l'autre photo de vacances. Des traces qu'on découvre avec plaisir et amusement. Les lieux de notre enfance, les vêtements, nos vacances, nos amis, nos voitures ... 

    On n'a jamais autant pris de photo, et aussi peu pensé à les conserver.

    Bien sûr, il n'est pas question de parler d'archivage et de musée (les articles sur la conservation des tirages sont un peu démoralisants), mais juste faire tirer une sélection de quelques photos, tous les 2-3 mois, quitte à les jetter dans une boite à chaussures, en laissant le temps sédimenter l'affaire.

    Et toi, Papy, à quoi tu ressemblais en 2010 ?