click

  • Toute cette merde, c’est (aussi) de notre faute !

    Mon Avis sur tout, click, like, RT, vues, médiocriéOn se plaint régulièrement que le contenu se dégrade : musique de merde, vidéos racoleuses à coups de fesses ou de plans nichons, films insipides, émissions putassières, presse relayant de la non-information soulignée de commentaires affligeants de racisme et de populisme.

    Je propose de ne plus cliquer, de ne plus regarder, de ne plus tomber dans le piège. Il ne s'agit pas de faire l'autruche, bien au contraire. Cette saloperie se nourrit de nos vues, de nos likes, de nos secondes d'audience, de nos partages et de nos clicks.

    Quelques actions simples :

    Je change de chaine quand la télé me manque de respect en m’infligeant des choses comme des personnes humiliées dans un enfermement consenti où on s’entêtera à les faire passer pour des poulets de batterie décérébrés courant en rond dans un appartement au look ni-ni. Quand une émission musicale invite sur un plateau des gens connus ou inconnus venant massacrer des chansons usées jusqu’à la corde ou des émissions où le défi se limitent à faire entrapercevoir un string qui dépasse sous une robe. Quand on s’échine à faire coucher des gens ensemble en les obligeant à se frotter les uns aux autres à poil au soleil, sans avoir le courage de montrer face caméra quand ils s’envoient en l’air. Quand on met des requins sur une plage pour qu’ils se bouffent le nez pour savoir qui sera le plus crevard pour sucer du poisson cru ou un autre participant. Et je milite auprès de mes proches et amis pour qu’ils fassent de même. Il n’y a pas d’obligation à subir … il n’est pas interdit d’éteindre la télé.

    Chaque seconde d’audience est une victoire pour la médiocrité.

    Je zappe les films pourris, je ne le télécharge pas, je les commente négativement en ligne. Je refuse d’accompagner mes amis qui vont voir un navet, et tant pis pour les effets spéciaux, pour ce prix-là, on pouvait se payer une histoire aussi. Il n’est pas interdit de ne pas regarder jusqu’au bout.

    Chaque visionnage est une victoire pour la médiocrité.

    Je ne clique plus sur les déchets collatéraux produits sur Internet par lesdites émissions : clash orchestrés entre invités ou entre invités et chroniqueurs forts en gueule, vidéos de « oups » et de « fail », avec ou sans plan nichon. Je ne clique plus sur « la pire reprise », le « chanteur le plus faux », « l’accent le plus horrible », « l’animal le plus mignon/moche/dégoutant/effrayant ». Je ne clique sur aucune vidéo montrant comment une jeune fille (sexy) s’est fait piéger, ou sur les vidéos mettant du nichon ou de la fesse en miniature. Je refuse les pages obligeant d’aimer pour voir ou les concours pourris. Je ne relaie pas les théories du complot (à charge ou à décharge), les hoaxes, les appels à solidarité bidons.

    Chaque click est une victoire pour la médiocrité.