crise financiere

  • Mon Avis sur tout: les riches coutent trop cher à l'état

    CaféAu premier moment de la crise financière j'avais un petit sourire en coin. Un peu narquois, je me disais: ils ont joué, ils ont perdu ... bien fait, ça ne pouvait pas durer ?

    Malgré le hype autour du boursicottage "sans risque quant on est pas trop con, et plus rentable qu'un livret d'épargne", personnellement, sans avoir à me plaindre, je n'ai pas trop les moyens, ni surtout l'envie de jouer avec mon argent (mais il parait que 1000 euros suffisent).

    Chacun fait ce qu'il veut du moment que ça ne me touche pas ... mais, il y a un mais !

    ... visiblement, "on" joue avec mon argent, puisque maintenant l'Etat, vous savez, cet éternel empêcheur de tourner en rond, celui qui nuit à la compétitivité de nos entreprises, qui paie des sommes indues à la monarchie, qui finance notre pléthore de fonctionnaires, vous savez, toutes ces choses qui empêchent notre pays d'être compétitif (comprenez "rentable" pour qui à les moyens de puiser dans le panier), l'Etat donc, doit intervenir pour sauver les banques de la banqueroute.Et l'état, c'est "nous", ou en tout cas notre argent.

    Car la faillite serait payée par les "petits" épargnants (étrange, pourtant je n'ai pas souscrit à un carnet d'épargne à haut risque ?).

    Et tout à coup, tel un lapin sortant d'un chapeau, on trouve 3x le montant du plan Marshall pour sauver la finance. Soit 4,7 milliards d'euros. Mais on ne sait pas encore quels projets seront supprimés. (les prochains voyages all-in de Daerden ?). Comprenez que l'exercice budgétaire fédéral est amputé de 10%, donc pas de nouvelles initiatives, économies maximales.

    Alors, si ce n'est pas si "grave" pouquoi ne pas avoir prélevé ces 10% pour autre chose que de la chirurgie esthétique réparatrice.

    Par contre, aucun de ceux qui ont dévoré la poule aux œufs d'or avidement ne sera prié de passer à la caisse. Oh, bien sûr, certains ont laissé des plumes dans l'histoire, les "pauvres riches". Et rassurons nous, il y a aura quelques démissions pour la forme (compensées financièrement ou politiquement, bien sûr).

    Finalement, en rendant déductibles les investissements, puis en bouchant les trous derrière, l'état fait un double cadeau aux "pauvres riches".

    • Pour les vrais pauvres qui ne paient gère d'impôt ça ne change rien.(Si ce n'est que l'Etat ne prendra pas de nouvelles initiatives en leur faveur)
    • pour les pauvres riches, qui ont perdu des sous, c'est moche, mais c'est le jeu, désolé
    • pour les pauvres riches qui ont gardé la tête au-dessus de l'eau, c'est finalement une bonne affaire de voir s'effacer l'ardoise: ils ont pu déduire les revenus réinvestis, en toucher un bénéfice (au prix de quelques sueurs froides) et maintenant l'état rebouche le trou,
    • pour le mec qui bosse et paie ses impôts, dans la moyenne, en bon père de famille, c'est terrible de voir à quoi servent les prélèvement faits sur son salaire (vous savez, ce qui nous rend si peu compétitifs)

    Puisque les dons ou les remboursements à l'Etat ne sont pas concevables dans notre monde, j'invite les personnes qui ont encore une moralité à réinvestir mon argent et mes impôts dans le développement durable ou les énergies vertes. Ce sera déjà ça de pris.

    (oui, c'est plein de raccourcis douteux ... mais quand on joue avec mon argent (et qu'on le perd, je m'énerve un peu).