drogue

  • Passke, le cannabis, tu-vois ...

    leaf.jpg

    Donc le cannabis c'est super:

    Passke, tu vois, ... quand on a fumé, on bat moins sa femme que quand on a bu.

    (on a moins de relations sexuelles avec, aussi, mais c'est sans doute un détail).

    Passke, tu vois, ... quand on a fumé, on a beaucoup moins de risques de faire un accident de voiture que quand on a bu.

    (mais tout de même deux fois plus de chances que si on est clean).

    Passke, tu vois, ... on peut aider les gens qui ont le cancer avec et que c'est un médicament.

    (et que les médicaments ne sont pas des bonbons et que je trouve carrément indécent de comparer la douleur d'une fin de vie et la fumette récréative).

    Passke, tu vois, ... les plus jeunes fument de toute façon, alors faut légaliser.

    (je doute fort qu'une légalisation sur le modèle de l'alcool s'ouvre aux plus jeunes consommateurs)

    Passke, tu vois, ... là ce sont des salopards, des trust de multinationales de pourri et compagnie qui sont de mèche avec des politiciens qui gèrent le commerce.

    (tandis que l'industrie pharmaceutique, c'est des bisounours déguisés en marmottes qui emballent les barrettes dans le papier alu, et quand ce sera pas coupé avec des saloperies, vous allez découvrir les joies des prix d'un marché à qualité contrôlée avec accises et frais publicitaires)

    Passke, tu vois, ... ça sert juste à donner du boulot à des flics et à des juges.

    (ah bon, vous êtes contre la création d'emploi ? Plus sérieusement, vu le passif judiciaire, on pourrait se passer de cet apport de délits, d'où l'idée d'une certaine tolérance qui est déjà appliquée).

    Passke, tu vois, ... c'est sain.

    (non, ça fout le cancer, à la longue ça bousille le foie, ça rend parano et prédispose aux maladies mentales et à d'autres dépendances ...)

    Passke, tu vois, ... selon une étude ...

    (et selon 150 autres études c'est de la merde avec pas mal d'inconvénients, mais évidemment une étude favorable à une opinion pèse 1000 fois plus dans un débat)

    Passke, tu vois, ... ça aide à la création !

    (parmi les grands noms de la musique, la plupart avaient leur boom créatif derrière eux au moment de sombrer dans la drogue. Selon un auteur américain sevré récemment: "quand je fumais, j'écrivais 3 romans par an, en pensant être en mesure d'en écrire 8 ... depuis que je suis clean, j'en écris 4 par an).

    Passke, tu vois, ... il n'y a pas de dépendance !

    (ah, tout va bien, tu peux t'en passer alors !)

    Bon je trolle un peu, j'avoue, mais je n'ai pas encore rencontré d'arguments justifiant qu'il nous faille absolument d'autres moyens de nous foutre en l'air ... j'ai l'impression que nous revivons une époque comme celle où on parait l'alcool de toutes les vertus.

    cointreau.jpg

    A part la sacro-sainte liberté individuelle qui ne serait pas en opposition avec le respect de soi, le respect de la loi et le respect du vivre ensemble et de l'intégrité d'autrui, je ne vois pas trop ?

    D'ailleurs faut-il vraiment d'autres raisons ? On a beau lui brosser les dents, un âne reste un âne.

    Dans un modèle semblable à celui de l'alcool, accessible à la majorité, avec interdiction de conduite ou de travaux dangereux, sous une forme ingérable, pour que le consommateur puisse contrôler la quantité absorbée et ses effets, sans ajouter la problématique de la santé liée au tabac et aux combustibles inhalés.

    Comment ça, pas marrant ? Z'êtes jamais contents !

  • Mon Avis sur tout: A scanner darkly

    DoNotDisturbHier, j'ai regardé la télé, pour la première fois depuis un moment. Je suis resté scotché comme la mouche sur le papier tue mouche... devant "A scanner darkly".

    A Scanner Darkly est un film américain avec Keanu Reeves, Winona Ryder, une BO de Radiohead et réalisé par Richard Linklater. C'est l'adaptation cinématographique du roman Substance mort (A Scanner Darkly) de Philip K. Dick (livre que je me suis empressé de commander).

    Résumé: Bob Arctor est Fred, et Fred est Bob Arctor : un policier membre de la brigade des stupéfiants, infiltré (ou presque) dans un milieu de toxicomanes, et menant deux vies à la fois. Il vit avec deux autres hommes totalement déphasés par rapport à la réalité, Luckman et Barris. Donna, son amie, est dealeuse et consommatrice. Il sont tous, excepté Donna, accro à la Substance M, une drogue qui mine peu à peu votre identité pour finir par faire de vous une larve.

    Le film a subi des effets spéciaux qui le font ressembler à un film d'animation (comme l'excellent jeu XIII pour ceux qui connaissent).

    Sans doute pensé au départ pour rendre la "tenue brouillée", une tenue qui en mélangeant des milliers de visages et de corps en une vision constamment changeante pour garantir l'anonymat des agents infiltrés, ce rendu spécial permet aussi de rendre la distanciation ar rapport à la réalité (nous pensons voir la réalité, mais qu'en savons nous ?).

    Un film décalé, dont les héros souffrent de dédoublements de personnalité (réels et résultant de la psychoses liée à la prise de la substance M).

    Un très très bon moment ... 

    hhkj_ rjzejaVM._CR106,0,273,273_SS80_j_53464