ecolabel

  • Less is more: comment rater l'évolution d'un logo

    decorationdevient         decoration

     

    L'évolution inverse eut été préférable ... le "e" dans la fleur redondant avec la double mention du EU (en majuscules et en minuscules), la double mention du mot "ecolabel" et finalement le cadre.

    Ce logo respire la crise d'identité et un travail maladroit de notoriété. Ça sent le client têtu, le compromis, le manque de courage, la peur, le repli sur soi.

    Il fallait faire quelque chose de joli et d'interpellant et le faire connaître, sans se sentir obligé d'écrire en toutes lettres dessus ce dont il s'agit.

    Les "less is more" et "zen garden" sont pourtant des concepts fondateurs.Votre travail est parfait quand vous ne pouvez plus rien enlever.


  • Ma Planète: Journée du développement durable

    decoration

    Ce vendredi,mon employeur organisait une journée d'actions et de sensibilisation au développement durable. Ce concept englobe des aspects sociaux, des aspects économiques et des aspects environnementaux, au sens large:

    "un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs."

    Dans la liste d'activités proposées (aide à la coopération, visites de centres d'intégration sociale, interventions sur des réserves naturelles), j'ai opté pour les "Achats durables", je voulais une activité transposable dans MA vie quotidienne.

    Le reportage photo se trouve dans cette galerie.

    Notre mission ("si nous l'acceptions") était de faire une série d'achats en tenant compte de différents facteurs exposés lors d'un briefing: 

    • provenance/transport
    • composition
    • emballage
    • présence de labels (officiels ou non) de garantie
    • possibilité de substitution par un produit

    Notre groupe était chargé d'acheter de la lessive, du dentifrice et un détartrant. 

    Le choix dans les lessives en terme de compositions et d'emballages relevait du délire, même sans tenir compte des spécialités (noirs, laine, etc.). Finalement nous avons opté pour une lessive en poudre, fabriquée en Belgique, avec composition respectueuse de l'environnement, présentée dans un carton recyclé a 95% avec possibilité d'acheter et d'ajouter des agents azurants pour le lavage du blanc.

    Pour le détartrant, nous avons opté pour un produit portant l'écolabel européen, preuve que le fabricant se soumet à un cahier des charges strict et à un contrôle indépendant. L'alternative du vinaigre simple, peu coûteux a bien sûr été évoquée.

    Le dentifrice a été le choix le plus complexe. Peu d'informations compréhensibles sur la composition, messages fantaisistes ("respecte l'hygiène buccale"). Nous avons opté pour un emballage non sur-emballé  (un tube sans boite) présentant un volume de déchets réduits (qui peut être écrasé) et pour lequel l'entièreté du produit est consommable (pas de pompe).

    La RTBf est venue sur place pour filmer l'exercice, dans le cadre de l'émission "Au quotidien" -  Avis pour mes fans (hem, c'est pour rire, hein): diffusion dans le courant de la semaine prochaine. 

    Après nous avons eu un débriefing au CRIOC, et des discussions sur les fruits de saison, les fruits exotiques, les labels. Notre mission a été accomplie avec succès.

    Retour au SPF, où attendait un "buffet du monde" dans lequel j'ai picoré à regrets pour cause de régime (mais par contre je me suis un peu lâché sur le vin).

    Je n'ai pas appris de grandes choses nouvelles sur la théorie, mais par contre j'ai des pistes pour la mise en pratique. J'espère que mon passage à la télé restera discret, je crains le pire.