elections

  • Politique: comme des singes en bas de l'échelle.

    DoNotDisturb.jpg

    J'ai lu dernièrement un article qui parlait d'une expérience intéressante:

    Un groupe de singes est placé dans une pièce. Au centre de la pièce se trouve une échelle qui donne accès à de la nourriture. Le seul souci est que, si un singe grimpe à l'échelle, une douche glacée et subite s'abat dans la pièce.

    Les singes détestent être mouillés et après quelques essais la relation de cause à effet est comprise par les singes qui ne grimpent plus à l'échelle.

    On remplace alors un singe par un autre, qui n'a pas assisté à l'apprentissage.

    En voyant la nourriture en haut de l'échelle, il veut évidemment grimper. Il se fait copieusement rosser par les autres qui redoutent une douche froide. Sans même faire l'expérience de la douche, le nouveau comprend que la règle c'est: on ne grimpe pas à l'échelle. Et il n'enfreindra pas cette règle.

    Petit à petit on remplace TOUS les singes. Plus aucun n'a connu la désagréable expérience initiale de la douche, pourtant ils continuent scrupuleusement à respecter la règle établie, ... et mieux encore à l'imposer la règle aux nouveaux.

    Il en va ainsi de nombreuses règles, d'idées reçues et de schémas de pensées que notre entourage nous a appris à ne pas remettre en cause. Sans jamais se pencher à nouveau sur les raisons fondamentales ou historiques (et leur pertinence) et les conséquences déplaisantes (qu'elles soient toujours d'application ou pas) qui les ont induit en première instance.

    Faute d'une vision nouvelle ou d'une expérience personnelle, nous n'arrivons pas à dépasser les schémas induits par le passé et entretenus par la pression des uns sur les autres. Le confort de se conformer.

    Jusqu'ici c'est l'explication la plus plausible que j'ai trouvé pour expliquer le résultat des élections et l'immobilisme mental des belges.

    Note: être un primate n'a rien de dégradant, au contraire, parole de biologiste.

    Note2: pas taper ...je réfléchis, je ne dis pas que j'ai raison.

  • Néo-proverbes belges (qqs retardataires)

    "les vieux singes font des grimaces mais n'ont rien appris"

    "On n'est prophète que dans sa moitié du pays"

    "L'erreur est francophone"

    "Tout est bien qui finit"

    "La langue de bois, la caravane des élus passe"

    "Régner pour diviser !"

    "une seule lettre de convocation vous manque et tout est BHV"

    "Passer du coq aux ânes"

    "Scindez, scindez, il en restera toujours quelques chose"

    "L'excès nuit en tout, sauf en campagne"

  • Entre deux lignes: le prix d'une voix en Belgique est de 2,33 €

    money1.1177250440Chaque parti touche 2,33 euros par voix au Parlement wallon.

    Chaque groupe politique reçoit en effet une dotation de 33.095 euros par an au Parlement wallon, 15.411 euros au Parlement de la Communauté française et 12.970 euros au Parlement bruxellois. (source le Soir, la DH)

    Michel Daerden "vaut" environ 149000 euros ...

    L'argent ne va pas aux intéressés, mais au parti qui redistribue. Honnêtement (et sans ironie), je n'en conclus rien, pas plus que les journaux concernés d'ailleurs.

     

  • Mon Avis sur tout: pauvre Antoinette

    DoNotDisturbPauvre Antoinette Spaak ...

    A plus de 80 ans, la voilà élue. Voilà qui est fâcheux ! Pourtant les statistiques sont formelles: se présenter sur une liste électorale augmente notablement la probabilité d'être élu. D'autant plus que l'un ou l'autre facteur aggravant s'ajoute à cette probabilité: être une femme connue et reconnue pour ses action, qui tient la plume publiquement (et souvent brillamment).
    Siégera, siégera pas ?

    Je trouve ces situations abracadabrantes. Qu'on puisse se présenter sur une liste en doutant d'être élu, c'est normal, c'est même la preuve d'une saine humilité. Qu'on se présente en ne souhaitant pas être élu (que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons) est incompréhensible. On entend les partis se plaindre de devoir remplir les listes avec des bouche-trous et des faire-valoirs, heureux de rendre service à quelques amis dans l'embarras.

    Pourtant des gens assoiffés de pouvoir, il doit bien y en avoir.

    On imagine mal un prêtre sans foi, un médécin sans vocation. Or représenter des électeurs est (ou devrait être) une tache noble qu'on devrait embrasser avec une certaine joie et un sens de l'engagement.

    Je propose que quelques mois avant les élections, les partis lancent une émission de téléréalité, où le public votera pour les bouche-trous plus ou moins populaires qui serviront à remplir la liste. Pour machin, tapez 1, pour bidule, tapez 2.

    Leur nom sera ainsi connu et ils pourront être élu, en toute bonne foi, de part et d'autre.

  • Mon avis sur tout: les élections, quelques réflexions

    DoNotDisturbQuelques réflexions:

    Piqure de rappel, pour commencer.

    - Ce n'est pas parce que vous en avez marre de la particratie, que vous devez voter contre la démocratie

    - Ce n'est pas parce que "X" ou "Y" est "arrogant, homosexuel, marié, divorcé, a une maitresse, un amant, prend votre place de parking, a dit un jour un truc à votre belle sœur, habite à Z, vous fait trop rire, a donné du travail à votre fils, un bouquet à votre mamy, ne dit pas bonjour, est sympathique ou antipathique" que vous devez ne pas voter ou voter pour lui ou elle.

    Ce n'est pas pour en faire des amis, mais pour leur confier un boulot, pour lequel ils ont des idées (ou pas), des compétences (ou pas).

    - vous pouvez voter pour un parti, ou contre un parti en en favorisant un autre. Vous pouvez voter à fond perdu sur un petit parti, ou pour un parti d'importance moyenne mais prévoyez les alliances qui risquent de vous décevoir.

    - quand vous votez pour un parti caricatural "juste pour faire chier", pensez que ce parti finira par avoir un ou plusieurs sièges, fera des propositions, posera des questions (pertinentes ou pas) et fera exactement ce pour quoi vous l'avez élu: il fera chier le monde ... venez pas vous plaindre si ça tourne pas rond.

  • Mon Avis sur tout : Pour qui voter ?

    DoNotDisturbPremière question : est-il obligatoire de voter ?

    Oui, pour deux, ou trois raisons.

    La première raison est que le vote est ... obligatoire, c'est la loi et vous risquez des sanctions. Elles ne sont que rarement appliquées, mais qui sait.

    La seconde raison est que c'est la seule occasion de donner votre avis. Vous aurez beau tenir blog, forum, café du commerce ou coin de table à la cantine, ce sera la seule occasion (à moins que vous ne soyez actifs en politique, auquel cas voter sera clairement dans votre intérêt). Si vous ne saisissez pas cette chance unique, vous n'avez plus qu'à la fermer pendant toute la durée de la législature.

    Troisième raison : toute la particratie se base sur des pourcentages et des décomptes relatifs, en ne votant pas, vous renforcez le poids des partis ayant une certaine importance. Si vous êtes en colère contre la particratie, ce n'est donc pas la bonne solution.

    Vérifiez que vous pouvez voter !

    Vérifiez que votre carte d'identité est en ordre et que vous êtes (ou serez) en possession de votre convocation. Vérifiez votre emploi du temps le jour des élections, faites les démarches pour donner procuration à quelqu'un si vous le souhaitez.

    Pour qui voter ?

    Avant de vous emballer sur les déclarations des uns et des autres, ou les affaires des uns et des autres, regardez pour qui vous serez amenés à voter ! Selon votre circonscription électorale, vous ne votez pas pour les mêmes personnes. Il est possible d'avoir l'un ou l'autre énergumène insupportable dans une liste, sans que cela nécessite d'écarter tous les candidats de la liste.

    Interrogez et documentez-vous sur les grands points :

    • Solidarité (ce n'est pas que « aider les pauvres et les chômeurs »)
    • Libéralisme  (ce n'est pas que la « cause de la crise »)
    • Environnement (ce n'est pas que « Taxer pour la nature » ou « interdire les autos »)
    • Santé, sécurité, propreté, salubrité, modernisation des infrastructures, mobilité
    • Faites la différence entre Monde, Europe, Belgique, régions, communautés, commune, quartier, rue, moi
    • Religion, séparatisme, rattachisme, autonomisme
    • Libéralisation ou restriction des mœurs (homosexualité, drogues douces et dures)
    • Racisme et xénophobie

    Regardez également ce à quoi les candidats ont été occupés pendant la législature précédente : rien ? un réel engagement de terrain ? un travail de notoriété personnel? Ont-ils siégés dans des institutions ou des organisations ?

    Méfiez vous des effets d'annonce, et des communiqués de presse et regardez ce qui a réellement abouti.

    Des réponses honnêtes et documentées vous permettront de débroussailler le terrain et vous éviteront des déceptions. J'ai connu des gens effondrés d'apprendre que le parti pour lequel ils avaient voté était fasciste et xénophobe, sous le slogan séduisant « d'aller de l'avant pour la Wallonie ».

    Si un point du programme d'un parti vous fâche, vérifiez s'il n'existe pas au sein du parti un candidat dissident ou modéré par rapport à ce point particulier. Bien que ce genre de candidats sorte rarement gagnant d'un duel électoral, le crédit donné par l'électeur à son engagement personnel passe rarement inaperçu au sein d'un parti.

    Méfiez vous de certains candidats bouche-trous qui n'ont aucun engagement politique : les jeunes (pas tous), les allochtones (pas tous), les femmes (pas toutes). Un petit tour sur le web et une petite recherche sur le nom d'un candidat et son programme permet de savoir d'où vient le vent.

    Au même titre, vérifiez que le candidat a une réelle intention de siéger.  Les vedettes de la politique ou de la vie civile sont là pour attirer des votes. Voter pour un tel candidat sur base de sa notoriété revient à faire une confiance aveugle au parti qui redistribuera les cartes.

  • Mon Avis sur tout: Voyages d'affaires, affaires de voyages ...

    DoNotDisturbJe me dis quand même que c'est bizarre de prendre la décision de laisser voyager des gens (parce qu'à priori, un budget est voté, l'initiative est approuvée), puis de tirer le tabouret, un peu hypocritement.

    Les dialogues par presse interposés entre Di Rupo et Van Cau sont édifiants, tout comme les règlements de compte un peu mesquins entre et intra partis sur la question.

    On doit s'interroger sur la pertinence du voyage. Mais demander à des gens, qu'on a autorisé démocratiquement à partir, de rembourser ensuite leur voyage est un peu bizarre.

    Qu'ils remboursent un voyage n'a guère de sens, ce serait comme mettre un sparadrap sur une amputation de la jambe.

    C'est "TOUT" qui devrait être justifié et puis remboursé. TOUT le temps et l'argent usurpé. La confiance, la patience, l'espoir, l'essor Wallon et notre avenir devraient être remboursés.

    Certaines choses hélas n'ont pas de prix, pour tout le reste, il y a la Visa du boulot.