photos

  • Papa-razzi, Maman-razzi ... les nazis de la photo de famille ?

    Compte tenu de la férocité des débats et des commentaires qui ont suivi chacun des événements mentionnés ci-dessous, j'ai choisi de percer le point Godwin dés le titre, ... comme ça c'est fait.

    Lors de la fête des enfants à l'école, une dispute a éclaté entre une partie du public et une Maman plantée debout au milieu du parterre, caméra vidéo au poing, escortée de sa fille, appareil photo en main. L'argument de la défense "Mais ce sont mes enfants !" fut balayé d'un "Ce sont aussi NOS enfants !" venu du premier rang. L'intervention de la directrice fut nécessaire pour évacuer l'encombrante Mamy-razzi.

    Lors d'un concert, l'organisateur a du rappeler les photographes à un peu de retenue. Au premier rang, une forêt de zooms gachaît la vue du public, et un déluge de flash finissait par gêner le musicien. Il ne s'agit plus de protéger le droit à l'image ou la protection de l'oeuvre, mais de garantir un spectacle agréable pour tous.

    A la communion de ce dimanche, le prêtre a du pousser une gueulante pour envoyer se rasseoir des parents photographes. Il avait été convenu (et annoncé) que chacun prendrait des photos depuis sa place, à l'exception de moments convenus et adéquats, et malgré un premier rappel poli, la moitié des participants était ammassé autour de l'autel comme autour du tapis rouge de Cannes. Les enfants étaient distraits, la fête perdait de sa solennité et ceux qui avaient pris le parti du bien commun en restant à leur place ne voyaient rien.

    Comment en est on arrivé là ? La "faute" à une série de facteurs:

    • tous photographes/vidéastes: la démocratisation des appareils photos, des smart-phones fait que si avant, dans une assemblée, on trouvait 1 appareil photo pour 30 personnes, actuellement, on a 25/30 au minimum
    • un ratio de réussite de photo de 1/150: grâce au numérique, on mitraille, sans scrupules, en automatique, tout flash dehors sans chercher à peaufiner ses règlages, sans penser sensiblité, vitesse, en restant aussi longtemps qu'il faut, et si possible tout le temps
    • l'individu prime sur tout: un manque de savoir-vivre élémentaire et de respect des autres
    • nous vivons les évenement par le partage, par écran interposé, parfois au détriment du moment présent en oubliant parfois que nos yeux et notre mémoire sont des merveilleux outils car ils embellissent des instants uniques en les rendant préciéux car volatils
    • le "quidam mitrailleur" ignore la gestuelle du photographe qui se faufile, plie le genoux, rase une colonne, et change de position, ce qui rend sa présence gênante, mais de manière très passagère

    Tout ça pour des photos floues, bruitées, sous-exposées, du jetable qui ne sortira bien souvent pas des cartes mémoires, ou pour des vidéos tremblotantes, au son médiocre qu'on ne regardera pas, faute de montage ?

    Bien sur, il n'est pas question d'interdire les photos à tous, ou de faire le tri entre plouc à smartphone (pas taper), amateur fortuné, bon photographe ou mauvais photographe, et pros, mais il faudrait revenir à plus de mesure et de respect, compte tenu du nombre.

    Par un peu de maîtrise et de préparation, et la réflexion sur l'acte photographique, on peut choisir de privilégier la qualité à la quantité et échanger Une bonne photo contre des centaines de mauvaises. Échanger l'encombrement du premier rang pour l'encombrement d'un bon zoom. Prendre une photo discrètement et s'éclipser. Privilégier la prise de vue en lumière directe (available light), sans flash, qui est certes plus difficile, mais restitue plus fidèlement le vécu d'un événement.

    Certains font le choix de faire appel de manière collective à un professionnel, ce qui diminue la nuisance, avec garantie d'un résultat. J'ai déjà constaté que même le professionnel mandaté était parfois géné dans son travail par la foule de photographes du dimanche.

    Si on ne souhaite pas payer un pro, on peut choisir de privilégier l'instant présent sans le regarder à travers un écran, en se contentant d'une photo prise à un moment plus propice (à la sortie, lors d'une interruption, avant le spectacle). Ce sont nos souvenirs liés à l'instant qui sont le vrai trésor.

    Faire la part des choses sur la nécessité absolue de faire une photo pourrie avec son smartphone.

    De toute manière, le minimum est de prendre conscience - et d'agir en conséquence ! - de la gêne occasionnée par les flash, la forêt d'écrans tenus à bout de bras, et les attroupements de Papa-razzis et de Maman-razzis et de leur va-et-vient.

  • Les projets en cours et autres conneries

    Moleskine.jpgMusique:

    Bon, ma démo 4 titres pour la guitare est finalisée. Je ne suis pas satisfait à 100%, mais je voulais quelque chose d'équivalent aux cassettes démo qu'on trouvait chez les (bons) disquaires. Je suis très content du concept du packaging qu'il faudra que je vous montre un de ces 4.

    Pour les concerts, mon ambition était de faire 1 ou 2 concerts en 2010. J'en suis à un peu moins de 10 présences sur scène !

    Panier plein, j'en profite pour prendre un peu de recul et composer un peu et peut être ajouter l'un ou l'autre arrangement perso à mon set, ou des reprises de bon niveau pour donner plus de densité à ma prestation.

    Mon site ronronne, ma page Facebook compte qqs fans - pas encore assez à mon goût - rejoignez nous ! - le compte twitter n'est pas très actif.

    Photo:

    Ma carte Firewire a rendu l'âme, je suis actuellement coupé de mes archives. La nouvelle carte est commandée, j'espère que les disques sont ok, mais j'ai un backup sur un disque reéseau (mais Lightroom refuse d'ouvrir une bibliothèqye via un réseau).

    Le concours Nos-regards est aux abonnés absents depuis le début de l'année. Au moins, il m'incitait à prendre des photos tous les mois. J'en suis à réfléchir à un projet de blog photo collaboratif avec l'un ou l'autre ami réel ou virtuel pour recréer une émulation créative.

    La refonte de mon site photo est au point mort. Je ne trouve pas de moteur convainquant. Entre un système de blog à la Wordpress avec une seule image mise en avant dans un flux ou un système de galeries pas très ergonomique, je ne trouve pas mon bonheur. Peut-être qu'un compte flicker serait l'occasion de lier toutes mes plateformes une fois pour toute.

    Le compte twitter photo n'est pas très actif. J'attends la rénovation du site.

    Le dernier projet en date, est de réaliser une série de portraits "fashion" ...

    Blog:

    La migration s'est bien passée pour moi, merci !

    Pas de révolution ici. Juste la volonté de continuer, voire d'augmenter la fréquence - peut-être en trouvant une longueur intermédiaire entre les 140 caractères de twitter et les articles plus longs. J'ai un peu stoppé le commentaire d'actualité politique, je ne suis ni journaliste, ni politologue.

    Pour animer le blog, je compte sur les photos, des articles récurrents (parfums de la semaine, mes avis sur tout, shopping) et sans doute des recettes de cuisine.

    Je devrais sans doute redéfinir une "ligne éditoriale" claire, incluant mes autres médias comme ...

    Facebook, Twitter, Email:

    Toujours aussi déchaîné. Il faudrait que je mette un peu d'ordre dans mes flux, pour soulager mes amis qui recoivent certains messages en double ou en triple.

    J'aimerais un téléphone avec un accès simple aux réseaux sociaux, la géolocalisation, quelques applications. L'iPhone est impayable, le HTC Wildfire m'a l'air d'être un bon candidat, mais j'aimerais mettre la main dessus pour évaluer l'écran (certes inférieur en qualité, mais comme ce serait mon premier, je pourrais m'en accommoder).

    P.S: ils sont lourds avec leur pub omniprésente pour les rasoirs Raz*war ... maintenant j'en veux un :) Preuve que 1° je suis influençable, et 2° la pub, c'est comme la force des Jedi ça marche sur les esprits simples.

  • Lecture: Liège, Hier & Aujourd'hui - Michel Charlier

    couv
    Hier, dans le cadre d'un teambuilding, j'ai visité l'aquarium et le musée de Zoologie au Quai van Beneden (une vieille connaissance, j'y ai fait mes études) et ensuite l'archéoforum. Quelques photos suivront.

    J'en ai profité pour acheter un livre qui était épuisé depuis un moment: Liège, hier et aujourd'hui, de Michel Charlier chez Noir dessin production.

    200 photos comparatives sur Liège qui mettent face à face (ou dos à dos), le passé et le présent, photographiés sous le même angle.

    Les livres sur Liège oscillent parfois entre le bon et le médiocre dans les commentaires, mais ils m'amusent toujours, et je finirai par en avoir une sérieuse collection.

    pages

    Il y a des blogs sur le sujet, notamment l'excellent http://users.belgacom.net/cwarzee/index.htm

    Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à commenter.

  • Photo: 100 photos de Nature pour la liberté de la presse

    decorationComment joindre l'agréable à l'utile.

    Avec l'album "100 photographies de Nature pour la liberté de la presse", Reporters Sans Frontières souhaite sensibiliser à l'urgence écologique, qui demeure un combat vain sans une presse libre. Cet album témoigne de la beauté de notre planète tout autant que de son fragile équilibre.

    J'aime beaucoup, même si au final toutes les images ne sont pas renversantes.

    Si vous voulez voir des belles images de nature, allez voir www.wild-wonders.com/

  • Lecture: 100 natural wonders of Norway

    J'ai reçu un "beau livre" en remerciement de mon travail de la semaine passée (gestion et support de la logistique d'un gros congrès à Liège).

    9788292916001

     


    C'est malin, maintenant j'ai envie d'aller en Norvège :(